Home >> Star Actu >> TCHIKO

TCHIKO

Bernard Saré alias Tchiko,  artiste-chanteur burkinabè, est né en Côte d’Ivoire au bord de la lagune Ebrié. Le début de sa carrière remonte à plus de deux décennies. Tout jeune, son amour pour la musique et le football se dessine. Le jeune Bernard Saré se surprenait à fredonner les chansons de ses idoles de l’époque, notamment feu Amédée Pierre, Okoua Seka, Athanase, Gozan Claver, James Brown, Otis Reding et bien d’autres. En lui, brille pendant longtemps une étincelle, une sorte d’instinct de chanteur. En plus d’être un élève brillant, il arrive à concilier étude et musique. L’étincelle grandissante se transforme au fil du temps en une braise et il le démontre lors d’un concours de chant au cours d’une nuit culturelle de son lycée (lycée technique de Ouagadougou). Parents, camarades de classe, enseignants, éducateurs, etc. tombent tous ce soir-là, sous le charme de cette jeune voix frêle et remplie d’émotion. Ne dit-on pas qu’«il est difficile d’atteindre un but dont on n’a pas les moyens » ? Et bien, le jeune Bernard alias Tchiko l’a compris et s’est décidé à mettre les bouchées doubles pour réussir sa musique et ses études. Après un BAC réussi, Tchiko se retrouve dans le pays qui l’a vu naître, la Côte d’Ivoire, précisément à l’Ecole Nationale Supérieure des Travaux Publics à Yamoussoukro (ENSTP). Une fois dans cet établissement, Tchiko est rattrapé par sa passion pour la musique. Par son abnégation et sa volonté farouche de faire de la musique, il devient membre de l’orchestre de cette prestigieuse université. Ce qui lui permit cette même année de se retrouver sur la même scène de l’amphithéâtre de l’ENSTP avec son idole feu Ernesto Djédjé. Brillant  étudiant et bon chanteur en plus d’un cursus académique couronné par un diplôme de Technicien supérieur en topographie, option géométrie, Tchiko retourne chez lui au Burkina Faso. Nouveau et jeune technicien, il se demande s’il faut continuer à faire de la musique. Ses connaissances en topographie venaient ainsi titiller sa fibre musicale. Il se retrouvera plus tard au sein de l’orchestre  les CVD de Ouaga, au sein duquel il devient chanteur. En plus d’une carrière professionnelle qui se déroule à merveille, il n’oublie pas que la musique et lui ont effectué un long voyage depuis sa tendre enfance jusqu’à sa vie d’adulte. Nous sommes en 1984 quand il se retrouve une fois de plus à chanter pour le compte de l’orchestre « Harmonie Junior de Ouaga ». Son expérience musicale et ses nombreuses rencontres l’amènent en 1992 à être le lead vocal du groupe de Wepia Korabié. Depuis lors, il n’a plus cessé comme un bon vin de se bonifier musicalement au fil du temps. Depuis 2000, il joue souvent avec l’orchestre « Les Elites du Faso », l’orchestre du « Mouhoun » et quelques orchestres de la place. Pour Tchiko, partout où il y a la musique, il y a la vie. Ayant compris très tôt que notre monde est un village planétaire de par le brassage des cultures, Tchico multiplie les rencontres musicales avec de nombreux musiciens tels que Bailly Spinto, les Woody, groupe de son ami de longue date, Jack Delly, Dan Koochiz et John Kiffy’s  Gadji Celi, Georges Ouédraogo,  O’Neil Mala, Nick Domby et bien d’autres. Considéré aujourd’hui comme l’une des voix les plus sûres de la musique burkinabè, Tchiko a déjà à son actif quatre albums dont :

-Africa,  sorti le 26 novembre 2008,

-Pourquoi, sorti le 17 décembre 2010,

-Ensemble, sorti le 18 juillet 2013 et enfin, le dernier album sorti officiellement le 04 février 2016 et qui s’intitule Wakata tame. Cet album est un vrai melting pot musical, riche en enseignements, en sonorités et couleurs. Il peut et doit être considéré comme celui de la maturité de l’artiste. Le style de cet album est unique avec des combinaisons d’instruments et de voix propres au style musical de l’artiste. Contrairement aux albums précédents, Wakata tame aborde une thématique particulière mais sans trahir fondamentalement le style particulier de l’artiste. Fortement coloré, Wakata tame est un peu trivial. Cette œuvre musicale est pour l’artiste, la suite perfectionnée de son savoir-faire. A partir de ce dernier opus, on peut largement et clairement comprendre que la petite étincelle transformée en braise, est devenue une flamme ardente en l’artiste.

 

 Evariste Tèlesphore NIKIEMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *