Home >> Star Actu >> STRESS SCOLAIRE: Symptômes et solutions

STRESS SCOLAIRE: Symptômes et solutions

Il refuse d’aller à l’école, se plaint de maux de ventre quand il doit passer au tableau,… Le stress scolaire est une réalité qui gâche la vie de certains enfants. Quels sont les facteurs de cette angoisse ? Comment à en reconnaître les symptômes et aider son enfant ? Le Dr Nicole Catheline, pédopsychiatre à Poitiers et spécialiste de la question, nous livre ses conseils.

 

Le stress  n’est pas réservé qu’aux adultes. Les enfants y sont également confrontés, notamment lorsqu’il est question de scolarité. Ainsi, en 2009 déjà, dans un sondage CSA/APPEL (Association des parents d’élèves de l’enseignement libre), 31 % des parents avaient le sentiment que leur enfant était stressé par l’école. Dans le même temps, 52 % se déclaraient eux-mêmes stressés par la réussite scolaire de leurs têtes blondes. Une réalité donc pour nombre de familles.

 

Stress scolaire : des causes variées

 

Selon le Dr Nicole Catheline, pédopsychiatre au Centre hospitalier Henri Laborit à Poitiers et auteure de "Souffrances à l’école" aux éditions Albin Michel, plusieurs facteurs peuvent expliquer ce stress. Sans le vouloir, certains parents peuvent exercer une pression quantitative en incitant leur progéniture à travailler davantage et/ou une pression qualitative en demandant de meilleures notes. "Certains enfants ont un caractère plus ou moins anxieux. Mais, il y a également des exigences sociétales liées à la performance. Les parents sont parfois eux-mêmes angoissés par l’avenir. Ils veulent bien faire et donner toutes les chances à leur enfant de réussir", analyse l’experte. Ainsi, obtenir de bonnes notes, un diplôme, peuvent être des gages de sécurité aux yeux des parents. Mais, adopter le juste dosage entre des encouragements nécessaires et une pression trop importante voire une sur-stimulation n’est pas toujours facile… Essayez de ne pas projeter vos propres désirs sur vos enfants et sachez écouter leurs besoins.

Le stress à l’école peut également provenir d’une mauvaise expérience, une relation tendue avec un enseignant jugé trop sévère, des difficultés à s’intégrer dans la classe, la peur d’être interrogé, de mal faire,… L’école en elle-même peut aussi être perçue comme source de stress. "Les enfants entendent parler de beaucoup de choses dans les médias : enlèvements, harcèlement… Ils les ont enregistrées et ça les inquiète. Cela peut se répercuter sur la sphère scolaire, car l’école est un lieu qui éloigne des parents, qui leur paraît moins familier et sécurisant", poursuit le Dr Nicole Catheline.

 

Repérer les symptômes du stress scolaire

 

Quels que soient les facteurs du stress scolaire, ceux-ci peuvent avoir des effets notables sur l’enfant. Il peut se sentir davantage fatigué, se décourager, refuser d’aller à l’école. Un enfant qui combat son stress dispose de moins de ressources pour apprendre sereinement. Ses résultats scolaires peuvent donc chuter. Mais, les petits n’expriment pas toujours leur mal être par des mots. Leur corps parle aussi pour eux (maux de ventre ou de dos, eczéma,...).

Il importe aussi d’être attentif à leurs comportements, notamment s’ils diffèrent de ceux habituels. "L’enfant peut rencontrer des troubles du sommeil, de l’alimentation, se montrer apathique, ou au contraire particulièrement agité, s’isoler... Tout changement dans son attitude doit conduire à s’interroger", prévient la pédopsychiatre. Ce premier repérage effectué doit ensuite permettre d’engager un travail de découverte du problème et de résolution de celui-ci.

 

Stress à l’école : comment aider l’enfant ?

Il faut avant tout parvenir à faire parler l’enfant de ce qui l’angoisse. Or, la spécialiste explique que l’enfant lui-même n’est pas toujours en mesure de le dire. Vous pouvez alors l’aider en formulant des hypothèses à plusieurs reprises. "Reformulez-les différemment d’une fois à l’autre pour être sûr qu’il les a bien comprises et que c’est bien ce qu’il associe à son mal être". Dites-lui : "Je me pose cette question car je vois que quelque chose a changé chez toi. Je me permets d’insister. Si quelque chose t’inquiète, tu reviens vers moi". "Il est important de justifier ces questions pour qu’il les accepte et ne les vive pas comme une intrusion", précise le Dr Nicole Catheline.

Il faut ensuite l’encourager à mettre des mots sur ses ressentis : "Tu es comment quand tu as peur d’être grondé ? Qu’est-ce que ça te fait ?". Puis, une fois qu’il a formulé ses sensations, invitez-le à trouver comment aller mieux. Demandez-lui : "Pour toi, ça serait quoi la solution ?" et accompagnez-le dans son raisonnement. "Attention à ne pas plaquer un discours d’adulte, c’est l’idée de l’enfant qui prime. S’il a un conflit avec un camarade, il peut par exemple proposer de le punir très sévèrement. L’adulte peut alors lui demander : « est-ce qu’à ton avis, il voudra encore être ton copain après ça ? Non, pourrait-il répondre. Alors, qu’est-ce que tu pourrais faire d’autre ?...»", propose la pédopsychiatre. Il apprendra ainsi à identifier ses émotions, les gérer et trouver des issues favorables par lui-même. "L’autonomie, ça s’apprend !", ajoute la spécialiste, et c’est une compétence qui lui sera utile tout au long de sa vie.

D’autres pistes peuvent également l’aider à se défaire de ses angoisses. Il peut ainsi être judicieux de pratiquer la méditation, des exercices de respiration… Enfin, si nécessaire, les thérapies comportementales et cognitives sont également préconisées pour faire face aux situations de stress. Elles peuvent aider votre enfant à retrouver les bancs de l’école sans appréhension.

 

Ecrit par Dorothée Bancheton

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *