Home >> Solutions à nos problèmes >> SOLUTIONS A NOS PROBLEMES: « Ma copine veut aller étudier au Canada et je compte m’y opposer »

SOLUTIONS A NOS PROBLEMES: « Ma copine veut aller étudier au Canada et je compte m’y opposer »

Je suis un jeune homme de 30 ans avec une situation  stable pour le moment. J’ai une copine avec qui tout se passe très bien. Nous nous sommes connus il y a une année de cela. Elle  vient d’une famille très aisée et sa famille est en train de faire ses papiers pour qu’elle aille au Canada continuer ses études universitaires. Mon problème est qu’elle fera 3 ans de formation là-bas et je ne veux pas qu’elle aille au Canada et me laisser seul ici au Burkina Faso. Je crains l’avenir de notre relation avec cette longue distance car j’ai déjà été déçu une fois de la sorte. Elle me demande d’attendre qu’elle finisse ses études et qu’elle  revienne au pays pour qu’on se marie ou, si je veux, de la rejoindre au Canada quand elle aura fini ses études.  Les parents de la fille ne sont pas contre notre relation bien que ma famille ne soit pas riche. J’ai juste peur qu’elle change d’avis une fois arrivée au Canada alors que je veux une femme maintenant, car je suis prêt à me marier. Aidez-moi  par vos conseils. Dois-je la laisser partir ou pas ?

 

Un homme amoureux

 

Pour le moment, votre copine est juste une amie pour vous. Elle n’est ni votre femme, ni votre fiancée, vous n’avez pas non plus d’enfant ensemble. Donc, rien de solide ne vous lie, à part votre relation amoureuse. Pour le moment, elle dépend toujours de ses parents. Donc, vous n’avez pas le droit de décider si elle doit aller au Canada ou pas pour poursuivre ses études universitaires. Cette copine n’est pas un bien pour vous. Elle est une fille majeure et est libre de  décider de ce qu’elle veut faire de sa vie. Si je comprends bien, ses parents ne l’obligent pas à aller au Canada pour poursuivre ses études, mais c’est plutôt elle-même qui veut y aller et ses parents ne font que l’aider avec les papiers et l’argent nécessaires à cet effet.  Si vous étiez déjà mariés, vous auriez votre mot à dire sur son projet. Même dans un tel cas de figure, elle peut se rendre au Canada car cela y va de son avenir. Dans le mariage, la femme est libre d’exercer le métier qu’elle désire, si ce métier n’influe pas négativement sur votre vie de foyer et vice versa. Votre problème est que vous avez peur de revivre une ancienne mésaventure, vous avez peur qu’elle aille et trouve au Canada un  autre mec et vous laisser tomber. En amour, il faut une confiance totale, votre copine peut rester ici à Ouagadougou et vous laisser pour un autre mec. N’ayez pas peur, faites confiance à votre copine  et dites-vous que si cette femme est destinée à être votre épouse, elle le sera.  Si la fille et ses parents sont d’accord, je vous conseille de faire les fiançailles avant qu’elle ne parte à l’étranger, ce serait déjà un pas de gagner. En plus, ses 3 ans de formation passeront vite. Si tout se passe bien au Canada et qu’elle revienne avec un bagage intellectuel, gagne un bon boulot et que vous êtes toujours ensemble, je pense que cela fera votre fierté. Mettez-vous à la place du père de votre copine. Si un jour vous avez une fille qui veut poursuivre ses études à l’étranger et que son copain s’y oppose, quelle sera votre réaction ? Ou bien si c’est vous qui devriez aller au Canada, est-ce que votre copine pouvait s’y opposer ? Vous avez constaté qu’en Afrique, les gouvernements encouragent les femmes à faire de grandes études. C’est une bonne chose car elles pourront, avec ces études, occuper des postes de responsabilité aux niveaux national et international.  Faites confiance à votre amour. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, vous pouvez vous parler tous les jours via par exemple les appels-vidéo et vous rapprocher. Et après  les 3 petites années de formation, vous pourrez construire votre vie de foyer et être heureux. Ne soyez pas égoïste dans ce domaine. Excellent week-end et bonne chance.

 

NB : Nous vous  rappelons que cette rubrique est la vôtre. Ceux ou celles qui ont, de par leurs expériences propres ou non, des conseils à prodiguer aux âmes en détresse, sont prié (e)s de nous les envoyer. L’anonymat leur est garanti s’ils/elles le souhaitent. Ils/elles peuvent également déposer directement leurs courriers au siège des Editions « Le Pays », sis au quartier 1200 Logements de Ouagadougou ou auprès de nos représentants dans les différentes provinces.

 

evanikiema@yahoo.fr

Tél: (00226) 78 00 23 73

01 BP 4577 Ouagadougou 01

BURKINA FASO

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *