SOLUTIONS A NOS PROBLEMES : « Mes beaux parents veulent que je reparte chez moi »   - Evasion
Home >> A la Une >> SOLUTIONS A NOS PROBLEMES : « Mes beaux parents veulent que je reparte chez moi »  
ph-dr

SOLUTIONS A NOS PROBLEMES : « Mes beaux parents veulent que je reparte chez moi »  

 

Je me suis mariée à un homme très bien éduqué et qui m’aimait sincèrement ; malheureusement une année après notre mariage il est décédé. Mon époux et moi logions dans la cour  de ses parents, dans un quartier populaire de Ouagadougou. Lui et moi avions projeté d’acheter une parcelle et d’y construire plus tard notre maison. Je travaille et je gagne bien ma  vie, mon époux également travaillait. En un an de mariage nous n’avons pas eu d’enfant. 6 mois après le décès de mon époux, mon beau-père et ma belle-mère m’ont demandé de rejoindre mes parents pour refaire ma vie, car selon eux je suis toujours jeune et que eux ne voudraient pas me garder pour gâcher ma jeunesse. Par amour pour mon mari, je voulais rester chez mes beaux-parents car je porte toujours le nom de famille de mon époux sur mes papiers administratifs. Je ne sais pas si c’est une manière de me chasser de la famille ! Je suis mariée légalement à la mairie et à l’église. Est-ce que mes beaux-parents peuvent me renvoyer de la sorte ? Pour le moment je loge toujours là-bas et je ne sais pas comment ils vont réagir plus tard. Je suis à votre écoute.

 

Mme C. Kaboré, secteur 10, Ouagadougou

 

L’église est claire sur certains points : pendant  la célébration du mariage, le prête dit qu’il vous unit jusqu’à ce que la mort vous sépare, à la mairie, une fois que l’un des conjoints décède, le mariage prend fin. Vos beaux-parents ont raison de vouloir vous libérer pour que vous profitiez encore de votre jeunesse ; vous pouvez encore vous remarier à la mairie et même à l’église. Vous n’avez pas eu d’enfant avec votre époux, pourquoi vous allez rester dans cette famille alors, étant toujours jeune ? Je n’ai pas dit de vous  séparer de cette famille, mais la personne pour qui vous étiez venue est morte. Vous pouvez repartir chez vous et continuer à avoir des bonnes relations fraternelles avec votre belle-famille. Pour le moment, vous dites que vous voulez rester pour votre défunt époux, mais après, quand votre douleur va passer vous allez commencer à sortir avec des hommes étant dans la cour de vos beaux-parents, sous le regard de votre beau-père et de votre belle-mère. C’est pour toutes ces raisons qu’ils veulent vous libérer sans mésententes pour que vous puissiez aller continuer votre vie chez vos parents. Comme vous tenez à restez, si votre belle-famille décide de vous redonner en mariage au cousin ou au frère de votre défunt époux, pour que vous fassiez des enfants, allez-vous accepter ? Si vous n’êtes pas prête pour ce genre de choses, c’est mieux de repartir chez vous. Moi à votre place, je n’allais pas attendre que mes beaux-parents soient les premiers à me parler de cela, j’allais leur demander l’autorisation de rejoindre mes parents. Si votre époux avait construit une maison ailleurs, j’allais comprendre que vous veuilliez rester dans cette maison, car c’est chez vous, mais pour le moment vous vivez chez vos beaux-parents, et pire, votre époux est décédé. Ne prenez pas en mal ce que vos beaux-parents vous ont dit. Ils ont parfaitement raison et je pense qu’ils vous aiment beaucoup et veulent votre bonheur. Vos beaux-parents ne veulent pas de querelles avec vous. Comme ce sont des personnes âgées ils connaissent mieux la vie que nous. Alors partez de la maison et revenez les voir quand vous voudrez. Je vous demande de partir chez vos parents, un jour vous allez bien remercier vos beaux-parents, car ils vous auraient fait du bien. Réfléchissez bien et vous verrez. Bonnes fêtes de Pâques.

NB : Nous vous  rappelons que cette rubrique est la vôtre. Ceux ou celles qui ont, de par leurs expériences propres ou non, des conseils à prodiguer aux âmes en détresse sont prié (es) de nous les envoyer. L’anonymat leur est garanti s’ils/elles le souhaitent. Ils/elles peuvent également déposer directement leurs courriers au siège des Editions « Le Pays », sis aux 1200 logements à Ouagadougou ou auprès de nos représentants dans les différentes provinces.

 

evanikiema@yahoo.fr

Tél.: (00226) 78 00 23 73

01 BP 4577 Ouagadougou 01

Bas du formulaireBURKINA FASO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *