Home >> A la Une >> SANTE CONFINEMENT ET COUPLE: Voici comment éviter la crise

SANTE CONFINEMENT ET COUPLE: Voici comment éviter la crise

Depuis la fin du confinement en Chine, le pays constate une augmentation du taux de divorce. Rester enfermés pendant autant de temps, sans connaître la fin dans un contexte stressant va forcément créer des tensions. Voici un petit guide pour surmonter ça à deux et (presque) sans dispute.

En Chine où la majeure partie de la population sort d’un confinement total de six semaines, le journal local Global Times a annoncé une augmentation du taux de divorce depuis la fin des mesures d’isolation. En France, depuis l’annonce d’Emmanuel Macron, l’humour va bon train sur la toile concernant le potentiel taux de séparation chez les couples "enfermés ensemble 24 heures sur 24". Pour Brigitte Bernard, psychothérapeute, l’issue de cette période d’enfermement dépend de la structure du couple. "Pour les couples fusionnels ce sera le bonheur parfait évidemment. C’est plus l’après confinement qui sera difficile pour eux".

Ne pensez pas qu’il va falloir tout faire ensemble

“Il y a le couple parental. Pour ceux-là, il faudra s’adapter et partager les tâches entre s’occuper des enfants, travailler et prendre du temps pour soi, quand c’est possible. Il y a aussi le couple amical. Ce sont ceux qui ont l’habitude de garder leur indépendance l’un de l’autre. Ils devront trouver un moyen de garder cet équilibre sans s’envahir". Pour la spécialiste, l’une des erreurs est justement de penser avant tout "qu’il va falloir tout faire ensemble". 

Si cela n’était pas le cas avant, et même si cela sera plus difficile, il y a moyen de garder des moments de solitude. "Si on a l’habitude de sortir avec ses copines, il y a les appels vidéos, les textos, le téléphone alors, allez-y sans modération ! On appelle ses copines pour parler, évacuer", conseille la psychothérapeute. 

 

“C’est comme en voiture on n’a aucun moyen de s’échapper”

 

Les enfants, le travail, l’angoisse du contexte de crise… Ajoutez à cela un espace restreint et l’impossibilité de sortir sur une période dont on ne connaît pas la date de fin : forcément les tensions risquent de monter. La règle numéro 1 pour éviter la crise selon Brigitte Bernard : "Ne pas sortir de son périmètre de sécurité ! Ce n’est pas le moment". Autrement dit, si vous êtes plus doué(e) pour faire la cuisine et l’autre les devoirs des enfants, ne tentez pas d’échanger les rôles. Gardez la dynamique qui vous permet d’être à l’aise.

"De même que pour les couples qui partent en retraite et se retrouvent à vivre tous les deux. On revoit ses fondamentaux, explique notre interlocutrice.  On sait sur quoi l’un ou l’autre a l’habitude de râler, alors on s’adapte et on évite de le chercher là-dessus. C’est comme en voiture. Ce n’est pas le moment de remettre en cause la structure de votre vie à deux ou de chercher à créer une dispute. Il est impossible de s’échapper pour laisser retomber les tensions".

 

"S’il y a dispute, c’est qu’il y a de l’angoisse"

 

Si vraiment vous ne pouvez pas faire autrement, optez pour la bonne formulation. "Au lieu de reprocher immédiatement à quelqu’un ce qu’il a fait, il vaut mieux commencer par lui expliquer ce que cela vous fait et pourquoi vous le vivez mal. Après chacun prend position comme il peut". Il s’agit d’éviter au maximum les tensions. Vous avez remarqué que votre conjoint mange plus que d’habitude alors que vous vous efforcez de maintenir le stock de nourriture rempli pour éviter de sortir ? "Expliquez-lui que cela vous stresse que les placards se vident".

 

Et si la dispute éclate?

 

« On essaye de se stopper avant que la sauce monte. Si elle doit exploser on évite que les enfants soient là pour ne pas les stresser plus, eux aussi », conseille notre interlocutrice. Prenez un instant chacun de votre côté.  "S’il y a dispute, c’est qu’il y a de l’angoisse". Alors on se demande ce qui nous angoisse. Et si une personne dans le couple est plus calme, qu’il rassure l’autre. Il faut faire preuve de souplesse intellectuelle et psychique dans ce genre de situation.

 

Dire du mal des autres ensemble pour évacuer

 

Ne perdez pas votre sens de l’humour, il permet de supporter bon nombre de situation dramatique.  "Pas un humour qui blesse sa moitié, mais on peut se lâcher sur les autres" plaisante la spécialiste. Si vous avez absolument besoin de rouspéter, faites-le ensemble et à propos de quelqu’un d’autre qui n’est pas là. Dire du mal des autres, d’une idée, une décision est fédérateur et en plus, ça libère la parole et le stress sans mettre le couple en danger. L’idée n’est pas de stigmatiser qui que ce soit mais de décharger son agressivité de façon anodine". Et pour libérer les tensions, on laisse la libido prendre le dessus, cela permet de régler pas mal de conflits non essentiels.

Mais pour cela, il va falloir penser à entretenir la flamme. Le désir a évidemment un rôle important à jouer dans cette période de confinement. Il faut garder un cadre de vie. On évite de ne pas se laver ou de se laisser aller à traîner sous prétexte qu’il ne va pas sortir. "Il faut prendre soin de soi, par respect pour soi et puis pour l’autre", assure la psychologue. Ne mangez pas n’importe quoi et n’importe comment non plus, cela permet de garder un état mental correct. 

 

Et pour les couples naissants ?

 

Si vous venez tout juste de vous mettre ensemble et que vous vous retrouvez confinés à deux, c’est tout aussi bénéfique.  "On a tendance à trop vouloir se montrer sous son meilleur jour au début. Si vous passez cette étape, vous saurez que c’est bien parti et dans un début d’idylle, le sexe prend souvent le dessus".

Voyez le positif dans cette situation. Vous allez pouvoir profiter de l’autre. C’est l’occasion de se rappeler pourquoi vous êtes l’un avec l’autre et de se dire que vous avez la chance d’être l’un avec l’autre dans cette situation car d’autres personnes aimeraient peut-être avoir quelqu’un avec qui se quereller. "Faites confiance à votre cerveau reptilien car dans un état de crise, on prend sur soi, on s’adapte" conclut notre experte.

Ecrit par:

Bénédicte DEMMER

Journaliste

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.