Home >> A la Une >> PROMOTION DES DROITS HUMAINS: Des forces de sécurité et journalistes à l’école du Ciné droit libre

PROMOTION DES DROITS HUMAINS: Des forces de sécurité et journalistes à l’école du Ciné droit libre

Dans le cadre des activités de la 15e édition du Festival Ciné droit libre (CDL), un atelier sur les droits humains a été initié au profit des forces de sécurité, des activistes et des journalistes. Ladite formation s’est déroulée le 14 décembre dernier à Ouagadougou.

Selon le coordinateur du festival, Abdoulaye Diallo, le bilan de la 15e édition du CDL est satisfaisant

Echanger avec les forces de sécurité, les journalistes, les activistes et d’autres membres de la société civile sur les droits humains, tel était l’objectif de l’atelier organisé le 14 décembre 2019 à Ouagadougou, par le festival Ciné droit libre. Selon l’administratrice de Semfilms, Fatmata Bancé,   quarante participants ont pris part à cet atelier qui a bénéficié de l’accompagnement de partenaires tels que l’OIM et le HCR. Pour elle, il s’agissait de réunir les premiers acteurs que sont les gendarmes, les policiers, les militaires, les journalistes, les activistes et les autres membres des organisations de la société civile, pour échanger en profondeur sur la participation des citoyens à la lutte contre l’insécurité.

Les officiels au présidium avec à gauche, l’administratrice de Semfilms, Fatmata Bancé, et à droite Hector Malonga du HCR

Le souhait est qu’au terme de cet atelier, les citoyens puissent connaître le cadre juridique de leur participation à la lutte contre l’insécurité, savoir comment aider à lutter contre l’insécurité et comment s’y prendre pour ne pas être des vecteurs d’insécurité. Notre objectif, a-t-elle dit, est que ces participants soient, à leur tour, des formateurs pour leur entourage et dans leurs services respectifs. Dressant le bilan de la 15e édition du festival Ciné droit libre, le coordinateur dudit festival, Abdoulaye Diallo, dira que le bilan est satisfaisant car toutes les activités programmées ont été tenues. A l’en croire, cette édition a été meilleure que les précédentes. Il en a voulu pour preuve, le riche contenu des programmes. A son avis, le débat mené sur la démocratie à l’Université Joseph Ki-Zerbo, a été un grand moment de débats intellectuels. Selon Abdoulaye Diallo, la maturité du festival a été confirmée au cours de cette 15e édition. Il a remercié l’ensemble des partenaires qui ont soutenu le festival.  Pour sa part, l’administrateur principal en charge de la protection au Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR), à Ouagadougou, Hector Jean-Jacques Richard Malonga, a indiqué que le HCR a été associé en tant que partenaire afin qu’il puisse livrer une communication sur ce qu’il fait, en lien avec le thème choisi cette année qui n’est autre que la démocratie.

Une vue des participants

Selon lui, il s’agissait de faire connaître aux participants le Pacte mondial sur les réfugiés qui a été récemment adopté et qui vise à partager le fardeau de l’asile car, 60% des réfugiés sont accueillis dans seulement 10 pays qui, du reste, dans la plupart du temps, sont sous-développés. Pour M. Malonga, lorsqu’on parle de démocratie, on parle des droits humains vers lesquels toute l’action humanitaire est orientée. L’action humanitaire, a-t-il signifié, est fondée sur les droits individuels. C’est en cela que la participation des forces de l’ordre à cet atelier constitue à ses yeux une plus-value parce que ce sont elles qui sont chargées de veiller au respect des droits de chaque citoyen.

 

Dabadi ZOUMBARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.