Home >> Culturama >> NOUVEL AN: Les vœux de quelques citoyens

NOUVEL AN: Les vœux de quelques citoyens

L’année 2017 s’en est allée définitivement avec ses joies et peines en faisant place à une nouvelle année pleine d’espoirs et d’espérance. Pour savoir ce que des citoyens de Ouagadougou souhaitent pour cette année 2018, Evasion a tendu son micro à quelques-uns d’entre eux. Et voici les vœux qu’ils souhaitent.   

 

Ben Mohamed Tanou, homme d’affaires

« Aux couples qui n’ont pas d’enfants, que Dieu leur accorde cette joie d’être parents »

 

Tout ce que je souhaite pour cette nouvelle année 2018, c’est la paix et l’entente entre les Burkinabè. Que la paix revienne au sein des familles qui se déchirent. Que le gouvernement et les syndicats puissent accorder leurs violons dans l’intérêt de tous les Burkinabè. Que chaque Burkinabè obtienne ce qu’il cherche ou désire cette année. Que Dieu nous donne la force de prier, car l’obtention de toute chose repose sur la prière. Quand on prie dans les normes et demande quelque chose, Dieu exauce, il agit.  Que ceux qui n’ont pas de femmes puissent en avoir, que les filles qui n’ont pas de maris puissent en avoir cette année. Que tout le monde ait de  l’argent, qu’aux couples qui n’ont pas d’enfants, Dieu leur accorde cette joie d’être parents cette année, que Dieu nous responsabilise tous.

 

Mahamoudou  Sawadogo, journaliste

« Qu’en 2018, le Burkina n’ait pas d’attaque terroriste »

 

Je souhaite que 2018 soit une année de succès, de prospérité, de bonheur, beaucoup de santé et de sécurité.  2017 a été  assez difficile, on a eu plus de 100 attaques terroristes avec des centaines de personnes tuées, ce qui est assez déplorable.  Je souhaite qu’en 2018, le Burkina n’ait pas d’attaque terroriste, que l’on ait des autorités plus déterminées à en découdre avec les terroristes afin  que l’on en finisse avec le terrorisme. Que cette année voit la montée en puissance de la force du G5 Sahel. Que ce groupe puisse contribuer à améliorer les conditions de vie de personnes au niveau du Sahel. Je souhaite que la fronde sociale trouve des solutions avec l’adoption d’une  nouvelle grille salariale à la Fonction publique comme l’a d’ailleurs annoncé le président du Faso.  Enfin, que nous puissions vivre dans un Burkina Faso essentiellement basé sur les lois. Que ceux qui sont en prison puissent recouvrer la liberté et que la loi puisse être appliquée, que l’on se retrouve en 2019 avec un Burkina Faso plus uni et plus réconcilié.

 

Rasmané Simporé, libraire

« 2017 n’a pas du tout été facile »

 

Je rends grâce à Dieu d’avoir traversé l’année 2017, je souhaite des vœux de santé, prospérité, longévité à tous mes frères et sœurs burkinabè.  2017 n’a pas été facile, il y a eu beaucoup de décès, de maladies.  L’argent n’était pas au rendez-vous, ce fut une année dure sur tous les plans. Que 2018 soit meilleure, qu’elle nous ouvre des portes meilleures. Que notre cher pays le Burkina Faso retrouve la paix car, sans paix, il n’y a pas de vie. La nuit du 31 décembre, j’ai été devant la mairie centrale de Ouagadougou pour assister aux prestations d’artistes-chanteurs comme  Sana Bob, Kisto Koimbré, Zougnazagmda et bien d’autres, ce fut intéressant et j’ai aimé.

 

Inoussa Sanfo, gérant de parking de motos

« Une année d’abondance de pluie »

 

Je souhaite des vœux de santé, bonheur, prospérité d’amour et de succès à tous les Burkinabè.  Que cette année soit une année bénie, qu’elle nous éloigne de tout malheur. Que 2018  apporte la joie et la paix pour notre Burkina. Nous rendons grâce à Dieu d’avoir vu 2018. 2017 a été difficile, il y a eu beaucoup de problèmes pour nous et pour notre pays. Il y a eu beaucoup de morts.  Les djihadistes ont attaqué plusieurs fois notre pays, et on prie Dieu que 2018 soit une année de paix, une année d’abondance de pluie, car notre pays a besoin de pluie pour une bonne saison. Que les politiciens s’entendent, car la paix du pays repose sur eux.

 

Moussa Yabré alias Mys, artiste-musicien

« Beaucoup de paix et d’entende entre tous les Burkinabè»

 

Mes voeux sont axés surtout sur la santé pour tout le monde, car quand il n’y a pas de santé, on ne peut rien entreprendre. Beaucoup de paix et d’entende entre tous les Burkinabè et une longévité aux uns et aux  autres. La nuit du 31 décembre, j’étais en prestation avec mon orchestre et nous, avons joué jusqu’à 10h du matin. Notre boulot est bizarre, quand les gens sont en fête, nous, nous travaillons  pour les  ambiancer et ce travail me passionne.  

 

Souleymane Taoudyandé éducateur des jeunes enfants

« Je souhaite la paix pour notre cher pays le Burkina Faso »

 

Pour cette nouvelle année qui a déjà commencé, je souhaite à tout le monde, qu’elle soit bonne et heureuse.  Je souhaite la paix pour notre cher pays le Burkina Faso dans toute son intégrité, que les mouvements sociaux qui affectent l’économie du  pays trouvent  des  solutions  dans l‘intérêt de tous les Burkinabè. Dans le domaine de l‘éducation où  j’exerce,  que  les acteurs s’y mettent, que  les enfants du Burkina puissent entrer dans leurs droits.

 

Propos recueillis par Evariste Télesphore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *