Home >> Solutions à nos problèmes >> « Mon mari me considère comme la femme de ménage de ses parents »

« Mon mari me considère comme la femme de ménage de ses parents »

Je suis mariée depuis 4 ans avec mon mari et nous avons vécu 3 ans chez mes beaux-parents, à défaut d’avoir notre propre maison. Ma belle-mère est malade, ce qui l’empêche de faire certaines tâches ménagères. Le problème, c’est que depuis mon arrivée, elle ne faisait aucune tâche, hormis le dîner. Le reste m’incombait : balayage, vaisselle, nettoyage de salle de bain, WC, serpillère, …Cette époque est révolue depuis notre déménagement. Malheureusement, mon mari me demande toujours d’aller faire le ménage chez ses parents. Parfois, j’accepte afin d’éviter une dispute, mais je n’ai jamais envie de le faire, je le fais malgré moi. Cette situation est pesante, j’en arrive même à refuser les  invitations chez eux, car j’y serai obligée d’exécuter une certaine tâche, mais le fait qu’on m’oblige à le faire, me rend colérique. Au final, ce n’est jamais vraiment une invitation. Mon mari ne comprend pas ma réaction car, pour lui, laver 2 ou 3 verres n’est pas grand-chose. Mon mari a toujours eu l’habitude de tout faire chez ses parents, c’est lui qui y s’occupait du ménage et des courses. Sa mère ne faisait rien.  Par conséquent, aujourd’hui, il veut me passer le relais.  Je  sais que sa mère est malade mais il lui est possible de faire par exemple la vaisselle. D’ailleurs, quand ses fils sont invités en famille, elle ne leur demande jamais de la faire, mais uniquement à mon mari qui, à son tour, me demande de la faire. Cette situation me déprime, j’ai l’impression de ne servir qu’à cela. Il y a quelques jours, mon mari m’a demandé de faire un planning de ménage pour ses parents, afin que leur maison soit régulièrement propre. Aujourd’hui, je fais le ménage de manière ponctuelle quand ladite maison est dans un état désordonné. Même quand j’étais enceinte de 8 mois, il m’a demandé de faire ledit ménage, car sa sœur qui vit à l’étranger, venait leur rendre visite et il ne voulait pas que ses parents l’accueillent dans une maison sale. Comme précisé plus haut, ma belle-mère est malade. Elle peut prendre 30 minutes pour laver 2 assiettes. Mon mari pense l’aider en s’occupant des tâches ménagères.  Mais, cela ne l’aide en rien. Au contraire, son état ne s’améliore pas mais mon mari ne veut rien entendre. Impossible de parler de sa mère encore moins de sa maladie : pour lui, je n’y connais rien. Le moindre mot sur sa mère provoque des disputes sans fin. Je suis fatiguée de cette situation, je ne sais ni quoi faire ni à qui parler. Je pense qu’en voulant se marier, mon mari avait comme idée que sa future femme s’occupera de sa mère. D’ailleurs, il regrette d’avoir déménagé de chez eux car, selon lui, ses parents ont besoin d’une aide. Ils ont d’autres enfants et d’autres belles-filles, mais il n’y a que nous qui sommes sollicités. Parfois, le divorce semble être pour moi la seule issue. Encore faut-il avoir le courage de le faire.

 

Une fidèle lectrice

 

Vous savez ? Nous sommes en Afrique et si une fille se marie, elle appartient désormais à la famille de son mari. De ce fait, la maman de votre époux devient votre maman. Ce qui vous fatigue, c’est le fait que c’est à la maman de votre époux que vous devrez rendre service, prenez-la comme votre maman et vous verrez que vous pouvez faire son ménage. En temps normal, vous devez appeler votre belle-mère « Maman ». Je suis sûr que vous ferez aisément  et vous êtes prête à faire ces travaux pour votre propre maman. Vous-même avez dit qu’avant vous, votre époux faisait ces travaux. Je pense que c’est une bénédiction de faire ces genres de travaux pour une vieille personne, de surcroît votre belle-mère. Quand vous voulez rendre service à votre belle-mère ou une autre personne, ne dites jamais qu’il y a d’autres personnes qui peuvent le faire, faites-le seulement, si ces gens aussi veulent le faire, elles le feront. Vous êtes aussi une mère, un jour, vous serez une vieille personne, aurez des belles-filles et je suis sûr que le service que vous rendez actuellement à votre belle-mère, vos belles-filles également vous le rendront. Car, comme on le dit souvent, le bienfait n’est jamais perdu. Ce que vous faites, est bon et  passager. Autre alternative, discutez avec votre époux pour que vous embauchiez une aide ménagère pour votre belle-mère.   Vous ne réalisez pas toutes les bénédictions que vous gagnez en vous occupant de votre belle-mère. Je trouve que c’est génial, ne baisez pas les bras ; comme vous avez déjà commencé, ne cessez pas de lui rendre service, car ce serait mal vu, demandez toujours à Dieu de vous donner la force physique et intérieure pour vous occuper de votre belle-mère et un jour, vous verrez que le bienfait n’est jamais perdu. Votre belle-mère vous aime bien et elle vous prend comme sa propre fille, quand on n’aime pas une belle-fille, on ne veut même pas ses services. Estimez-vous heureuse et ôtez de votre esprit l’idée selon laquelle on vous exploite ou vous prend pour une servante. Si vous ne vous vous occupez pas de votre belle-mère, de qui allez-vous vous occuper ? Et je suis sûr que si vous refusez de faire ces travaux, votre époux ira les faire pour sa mère. Vous avez la chance d’avoir de très bonnes relations  avec votre belle-mère, il y a beaucoup de femmes qui ne s’entendent pas du tout avec leur belle-mère, je ne vous apprends rien en vous le disant. Vous êtes dans votre foyer il y a quelques années, donc, vous savez ce qui peut engendrer des disputes entre vous et votre époux. Vivre à deux rime avec des compromis à faire, chacun des époux doit mettre de l’eau dans son vin pour que ça marche. Vous êtes une bonne femme, ne changez pas, ce que vous faites pour votre belle-mère est inestimable. Vos frères ont des femmes à la maison, peut-être qu’elles rendent aussi les mêmes services à votre mère. Vous connaissez votre mari mieux que quiconque, donc, faites de votre mieux pour qu’il y ait toujours de l’entente entre vous et vous verrez qu’un jour, vous allez vous rendre compte que tout ce que vous avez fait pour votre belle-mère, valait le coup.

 

NB : Nous vous rappelons que cette rubrique est la vôtre. Ceux ou celles qui ont, de par leurs expériences propres ou non, des conseils à prodiguer aux âmes en détresse, sont prié(e)s de nous les envoyer. L’anonymat leur est garanti s’ils/ elles le souhaitent. Ces derniers peuvent également déposer directement leurs courriers au siège des Editions « Le Pays », sis au quartier 1 200 Logements de Ouagadougou ou auprès de nos représentations dans les différentes provinces.

 

evanikiema@yahoo.fr

Tél: (00226) 78 00 23 73

01 BP : 4577 Ouagadougou 01

BURKINA FASO

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *