Home >> Dis-moi tout >> KINDISS FILS, ARTISTE- MUSICIEN: « La vie d’un artiste n’est pas de tout repos »

KINDISS FILS, ARTISTE- MUSICIEN: « La vie d’un artiste n’est pas de tout repos »

A l’état civil Aboul Razagou Kinda, Kindiss Fils n’est autre que l’enfant du précurseur du binon en la personne du célèbre artiste Kindiss. Originaire du Sanguié, plus précisément de la ville de Réo, dans le Centre-Ouest du Burkina, ce jeune prodige de la musique burkinabè est sur les traces de son géniteur. Né à Abidjan, c’est à Ouagadougou qu’il grandit. A travers cette interview exclusive qu’il a bien voulu nous accorder, l’artiste nous retrace son parcours, présente son album, donne sa vision de son binon amélioré et aborde d’autres sujets. Lisez plutôt.

 

Evasion : Comment allez-vous ?

 

Kindiss Fils : Je vais bien. Le moral est haut grâce aux soutiens des uns et des autres.

 

Comment vous êtes-vous retrouvé dans la musique ?

 

J’ai commencé par la danse auprès de mon père quand j’étais tout petit. Si vous repartez quelques années en arrière, vous verrez qu’il y avait un tout petit garçon qui dansait auprès de Kindiss, eh bien c’est moi (éclats de rire) … Le petit a grandi maintenant. Et de fil en aiguille, je me suis formé en technique vocale et voilà.

Peut-on dire que votre père est l’élément déclencheur de votre carrière musicale ?

 

Je dirai oui parce que j’ai grandi auprès de lui. C’est à l’âge de cinq ans que j’ai commencé à danser à ses côtés jusqu’à ce que la décision m’est venue de me retrouver devant le micro.

 

En quelle année avez-vous décidé de chanter ?

 

C’est en 2016 que j’ai pris la décision d’entrer en studio, sinon je nourrissais cette ambition depuis longtemps. Et mon album est sorti en 2018.

 

Pouvez-vous nous parler de cet album ?

 

Il est intitulé « Ani bana » qui veut dire « merci » en langue lyelé. C’est une œuvre de six titres enregistrée au studio L’univers des stars avec comme arrangeur Kevin Batouan.

 

Quels sont les thèmes que vous abordez dans vos chansons ?

 

Je parle du quotidien, ce sont des thèmes qui parlent du social.

 

Votre binon est-il le même que celui de votre père qui a tout prouvé à la face du monde ?

 

Moi, je pratique du binon amélioré avec de nouvelles influences. Je sors un peu de l’ordinaire pour donner un souffle nouveau à ce rythme. Les gens apprécient, voilà pourquoi je suis constamment invité sur des spectacles un peu partout au Burkina. Mais je reconnais que mon père a porté très haut le binon et même au-delà de nos frontières.

 

Quel est votre message à l’endroit de nos lecteurs et de vos fans ?

 

Je demande le soutien de tout le monde, c’est grâce aux fans que nous pouvons atteindre nos objectifs qui sont de valoriser notre culture hors de chez nous. Je profite également de cette occasion pour saluer les médias burkinabè pour leur accompagnement.

 

Quelle est la difficulté majeure qu’un jeune artiste qui débute sa carrière comme vous, rencontre ?

 

La difficulté majeure se situe au niveau de la promotion de nos œuvres. Nous faisons face à des problèmes financiers et cela nous cause vraiment des soucis.

 

Qu’en est-il de votre quotidien ?

 

Il est plus marqué par des séances de répétition, des rencontres avec la presse et les promoteurs. Les week-ends, ce sont les scènes. La vie d’un artiste n’est pas de tout repos.

 

Quels sont vos projets ?

 

Nous sommes en phase promotionnelle. Il y a des dates à programmer mais nous vous le diront au moment opportun.

 

Pour terminer, quel est votre message ?

 

Merci à Evasion pour cette marque de considération à l’endroit un jeune artiste comme moi. Je souhaite le meilleur à tous les Burkinabè.

 

Propos recueillis et transcrits par Aboubakar Kéré KERSON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.