Home >> Dis-moi tout >> FAT BEAUTE, ARTISTE MUSICIENNE:« Il faut également inclure les ambassadeurs dans la promotion culturelle »

FAT BEAUTE, ARTISTE MUSICIENNE:« Il faut également inclure les ambassadeurs dans la promotion culturelle »

Née à Libreville au Gabon, Fat Beauté à l’état civil Fatemata Ouédraogo, est originaire de Polsgo au quartier Kossodo de Ouagadougou. Son nom et sa voix ont traversé les frontières avec sa chanson « Joliesse » extraite de son album sorti en 2006. Après quelques années de gloire, elle a disparu de la scène. Nous avons voulu savoir ce que devient la star. A travers cette interview exclusive, l’artiste nous parle de son retour dans les mois à venir pour le bonheur des mélomanes et de ses fans. Elle aborde également son quotidien, jette un regard sur l’évolution de la musique burkinabè, la situation sécuritaire que traverse le Burkina Faso et lève le voile sur sa situation matrimoniale. Lisez plutôt.

Evasion : comment allez-vous ?

 

Fat Beauté : je vais super bien, merci surtout d’avoir pensé à moi.

 

Que devient Fat Beauté ?

 

Je suis là, j’attends mon retour sur la scène après ma longue pause. Je suis repartie pour des études en business-management. Côté musique, je travaille, je ne suis pas pressée pour sortir un album mais si tout va bien, je retrouverai mes fans cette année.

 

Quels souvenirs gardez-vous de ces années de gloire ?

 

Je dirai plutôt le succès. « Joliesse » a connu un grand succès et je remercie tous ceux qui m’ont encouragée depuis toutes ces années. Je garde de bons souvenirs car j’ai voyagé à travers tout le Burkina pour des concerts ainsi que dans plusieurs pays d’Afrique. Ça été également pour moi une grande expérience.

 

Quel est votre regard sur l’évolution de la musique burkinabè ?

 

Elle évolue très positivement. Il y a de nouveaux styles et de nouvelles stars, de belles vidéos, vraiment c’est encourageant.

 

A quand votre retour sur la scène?

 

C’est pour cette année 2020 s’il plaît à Dieu. J’ai vraiment traversé une période assez difficile surtout du côté familial. Je n’avais plus le moral, mais ça va mieux maintenant.

 

A quoi va ressembler l’album qui va sortir puisqu’on vous a connue dans le coupé-décalé ?

 

De toute façon, je vous donnerai personnellement l’exclusivité. L’album aura véritablement une couleur. Je préfère garder la surprise mais sachez qu’il sera très varié avec les rythmes du terroir.

 

Quel est votre quotidien ?

 

Je fais un peu du commerce, je suis dans le domaine de la cosmétique. La vente se fait en ligne et j’ouvre bientôt mon magasin. Je travaille beaucoup sur le net et il y a aussi le studio et quelques rendez-vous à honorer. A travers le net, je n’ai pas vu le temps passé.

 

Qu’avez-vous à dire à vos fans qui vous ont attendue depuis toutes ces années ?

 

Je leur dis qu’ils sachent que je les adore. Bientôt, je serai en contact avec eux sur la scène et à travers également ma page officielle qui est en pleine construction. En attendant, ils peuvent me contacter sur ma page Facebook qui est Fatbeauté perso.

 

Comment voyez-vous la situation sécuritaire que traverse le Burkina depuis un certain temps ?

 

C’est une situation qui m’attriste énormément. Chaque jour, je prie pour mon pays afin que la paix y revienne. C’est vraiment dommage ce qui se passe et je m’incline devant la mémoire de ceux qui ont perdu la vie.

 

Pourquoi la musique burkinabè n’est pas très bien diffusée à l’international ?

 

Nous avons nos rythmes que nous devons valoriser avec des collaborations avec des artistes de renommée internationale. Ce sont ces collaborations qui nous ouvriront les portes de l’international.

 

Que pensez-vous de la politique culturelle du Burkina Faso ?

 

Le ministère de la Culture fait déjà ce qu’il peut, mais il faut également inclure les ambassadeurs dans la promotion culturelle.

 

Ne pensez-vous pas que le public vous a oubliée ?

 

Je ne pense pas cela. Chaque jour, les gens m’interpellent pour dire que mon style les manque et qu’ils sont impatients de me revoir sur la scène. J’ai envoyé un style nouveau que les Burkinabè ne savaient pas.

 

Quelle est votre situation matrimoniale ?

 

Je suis célibataire et mère de deux enfants dont une fille et un garçon.

 

Votre cœur est donc à prendre ?

 

(Elle éclate de rire)… Mon cœur est libre.

 

Quel est votre mot de la fin ?

 

Je souhaite une bonne année 2020 à tout le monde ; bonheur, succès, santé et prospérité. Que 2020 soit l’année de la réalisation de tous les projets. Merci à Evasion pour cette pensée spéciale envers ma modeste personne.

 

Propos recueillis et transcrits par Aboubakar Kéré KERSON

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.