Accueil Dis-moi tout AMELIE WABEHI, ARTISTE-COMEDIENNE: « J’ai travaillé de 2006 à 2012 au Burkina dans le domaine du cinéma burkinabè »

AMELIE WABEHI, ARTISTE-COMEDIENNE: « J’ai travaillé de 2006 à 2012 au Burkina dans le domaine du cinéma burkinabè »

by Evasion Magazine

Amélie Wabehi ou Wabehi ou encore Wab’s est une artiste comédienne ivoirienne réputée pour son caractère de lionne et pour sa colère. Elle fait partie de la troupe des comédiens des Guignols d’Abidjan et de la série télévisée à succès « Ma famille» et de «Ma grande famille » de la réalisatrice ivoirienne Akissi Delta. Elle y joue le rôle de la femme de Decothey. Amélie Wabehi a aussi joué dans la série télévisée ivoirienne « Qui fait ça ? » Elle a commencé sa carrière professionnelle par le théâtre en 1992 avec les «Guignols d’Abidjan». Avec cette troupe, elle joue son premier rôle cinématographique en 1994 dans le film «Coupable tradition», réalisé par Nabintou Coulibaly. Le couple Decothey-Amélie était à Ouagadougou, il y a quelques semaines, pour un spectacle et nous avons saisi l’occasion pour en savoir plus sur le quotidien de Amélie Wabehi.

« Evasion » : Quel est l’objet de votre visite au Burkina?

 

Amélie Wabehi : Je suis à Ouagadougou dans le cadre d’un spectacle dénommé «On va doter Decothey». Un spectacle qui a été joué le 4 avril 2021 à Canal Olympia de Pissy à Ouagadougou avec Decothey sur invitation d’une structure dont je préfèrerait taire le nom.

Avec l’accompagnement d’autres artistes, chanteurs, comédiens, humoristes, qui se sont joints à nous, nous avons offert un beau spectacle de près de 2h d’horloge.

 

Beaucoup de gens vous ont connue dans la série « Ma famille», mais dans « Ma grande famille”, vous n’apparaissez pas beaucoup. On ne vous a pas beaucoup vue jouer. Qu’est-ce qui s’est passé?

 

Dans la vie d’un acteur, il y a un moment où il faut s’essayer à la technique. Et là, je me forge à la technique et à la réalisation sans oublier que de formation, je suis un metteur en scène. J’assiste Akissi Delta dans la mise en scène. Parce que, avec le chemin que je suis en train de faire, bientôt vous entendrez parler d’une production de Amélie Wabehi.

 

A vous entendre, vous préférez être derrière la caméra plut6t que devant ?

 

Oui! Je pense que c’est aussi passionnant de partager son savoir et les acteurs avec lesquels je travaille m’apprécient et me félicitent pour ça. Je sais que du fond du cœur, je suis en train d’apporter quelque chose.

 

Vous n’allez pas apparaître dans «Ma grande famille” ?

 

Je suis en même temps actrice, j’apprends la réalisation et je suis l’assistante d’Akissi Delta. Tenez-vous bien,  « Ma grande famille », c’est près de 500 épisodes; comprenez donc que je ne peux pas apparaître dans tous les épisodes. Il y a des apparitions, mais je ne peux pas apparaître dans l’ensemble. Patientez et attendez mon tour.

 

Une partie triste de « Ma famille», c’est le fait que beaucoup d’acteurs sont décédés et d’aucuns estiment que ceux qui jouent, c’est la peur au ventre. Est-ce le cas pour Amélie Wabehi ?

 

Je vais lever le voile. C’est vrai que des acteurs meurent, mais quand tu es en proie à près de 600 acteurs dans un projet comme “Ma grande famille” qui dure depuis 2016, comprenez qu’au fil  des années, évidement que  certains tomberont malades d’autres, malheureusement, passeront l’arme à gauche. Mais dire que les acteurs ont la peur au ventre, je ne peux pas l’affirmer. Jusqu’à preuve du contraire, il y a certains aussi qui demandent à jouer dans « Ma grande famille » pour se faire voir. C’est vrai qu’il y a beaucoup de productions, mais quand on parle de « Ma famille » ou de “Ma grande famille », vous savez aussi que ce sont des références.  Donc, présentement, il y a beaucoup de demandes pour jouer dans «Ma grande famille ».

Contrairement à cette opinion, personnellement, je ne la partage pas. Nulle part, il est écrit que jouer dans « Ma grande famille» est synonyme de mort. Donc, il n’y a pas que les acteurs qui meurent.

 

Beaucoup estiment que « Ma famille» a plus eu du succès auprès des mélomanes que « Ma grande famille», pourtant dans « Ma grande famille», il y a plus de monde, plus d’acteurs. A quoi cela est-il dû ?

 

Vous savez, les gens sont nostalgiques. Ils ont aimé le premier bébé qui était « Ma famille”. Il est bien vrai qu’il n’y avait pas de grand monde, mais avec «Ma grande famille», la réalisatrice Akissi Delta a voulu dire merci à tout le monde, vu que tous les pays africains ont aimé «Ma famille». C’était une manière pour elle de copter les acteurs à travers divers horizons, aussi bien dans l’espace CEDEAO qu’en Afrique centrale. Son intention, c’était de faire jouer tout ce monde, même si cela s’avère un peu difficile. Mais n’eût été les difficultés financières, elle irait jusqu’au bout de ses idées.

 

Quand est-ce que « Ma grande famille» viendra jouer au Burkina?

 

Elle comptait venir tourner une partie au Burkina, mais malheureusement, CANAL A+ qui est le producteur a demandé qu’elle fasse venir tous les acteurs burkinabè en Côte d’Ivoire. Elle est en train de revoir comment adapter le scénario parce qu’auparavant, le scénario était écrit avec tout ce qui comportait le paysage, le jeu des Burkinabè. Mais s’il faut transposer tout ça en Cote d’Ivoire, je pense qu’il y a un travail à faire également sur le scénario. Je pense que c’est ce qui prend du temps, sinon, tout était fin prêt.

 

Vous personnellement, avez-vous des projets pour le cinéma à Ouagadougou?

 

Les projets, on en a toujours et il y a toujours des sollicitations. Vous-même vous savez que, personnellement, j’ai travaillé de 2006 à 2012 au Burkina dans le domaine du cinéma burkinabè. Mais pour le moment, je suis un peu prise, comme je vous l’ai signifié vu que j’ai de nouvelles responsabilités dans cette série en tant qu’assistante de Delta.   Mais bientôt, nous allons boucler « Ma grande famille ». 

 

Un mot à l’endroit des cinéphiles burkinabè qui aiment ce que vous faites comme travail ?

 

Je voudrais dire merci à tout le public burkinabè qui a fait le déplacement du   côté de Canal Olympia de Pissy à Ouagadougou, le 4 avril 2021, jour de la Pâques pour venir nous soutenir lors du spectacle «La dot de Decothey». J’apprécie également le bon sens des Burkinabè, les Hommes intègres qui ne se laissent pas avoir dans cette tourmente de Decothey, qui est en train de les embobiner dans son concept « Mouvement des hommes à doter» (MHD) «rires ». Mais le Burkinabè, il reste intègre. Pour cela, je dis merci à tous ceux et à toutes celles qui sont venus nous soutenir et nous encourager le 4 avril dernier et qui sont repartis satisfaits de cette mise en scène. Merci à vous et à toute la rédaction d’Evasion. Vous faites un travail colossal dans la promotion des artistes et dans la diffusion des informations au quotidien.

 

Propos recueillis par Evariste Télesphore NIKIEMA

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.