Home >> Culturama >> 2e EDITION DE FASHION FOR A CAUSE: Plus d’un million de F CFA mobilisé au profit des femmes excisées

2e EDITION DE FASHION FOR A CAUSE: Plus d’un million de F CFA mobilisé au profit des femmes excisées

La 2e édition de « Fashion for a cause » a eu lieu le 29 décembre 2017 au Centre commercial de Ouaga 2000. Au cours de cette soirée riche en couleurs, plus d’un million de F CFA a été mobilisé au profit des femmes excisées. Cette édition a été parrainée par le ministre de l’Energie, Pr Alpha Oumar Dissa.

 

Après avoir plaidé la cause des enfants en conflit avec la loi en 2016, Mamy Sor a décidé en 2017 de soutenir la cause des femmes excisées. Pour ce faire, la 2e édition de « Fashion for a cause » a été axée sur la collecte de fonds au profit des femmes excisées. Placée sous le thème : « Chirurgie réparatrice au profit des femmes excisées », la soirée a permis aux invités d’apporter leurs contributions afin que des femmes excisées puissent bénéficier d’une chirurgie réparatrice des séquelles d’excision dont elles ont été victimes. Pour espérer atteindre leur objectif, c’est-à-dire mobiliser 3 millions de F CFA pour la prise en charge chirurgicale de 50 femmes excisées, les organisateurs de la soirée ont mis un style en vente aux enchères. Proposé à 5 000 F CFA, il a été finalement cédé au DG de l’hôtel Laïco qui a dit mieux en proposant 80 000 F CFA. Un acte fort salué par les organisateurs parce qu’il vise à soutenir la lutte contre les Mutilations génitales féminines (MGF). La soirée a permis de mobiliser 1 050 000 F CFA sans les promesses, selon les organisateurs. Pour la promotrice, Mariam Soré alias Mamy Sor, cette 2e édition a connu plus de maturité que la première. Pour elle, l’excision est une cause qu’il faut mettre en lumière, car en général, on voit plus d’actions visant à lutter contre cette pratique que celles portant sur la réparation de ses séquelles. C’est pourquoi, elle a décidé de plaider la cause des femmes excisées, notamment la chirurgie réparatrice afin que les femmes qui n’ont pas de moyens financiers puissent bénéficier de la réparation des séquelles d’excision qu’elles portent.  Ce combat de la styliste Mamy Sor a été salué à sa juste valeur par le parrain, représenté par sa Directrice de cabinet, Lâmou Emma Chantal Ki.  Selon elle, en dépit des efforts déployés pour venir à bout des MGF, force est de reconnaître que ces pratiques persistent. Il est donc important, a-t-elle fait savoir, que la lutte soit intensifiée. Au cours de la soirée, plusieurs stylistes burkinabè et ivoiriens ont présenté leurs collections à travers un défilé de mode.

 

Dabadi ZOUMBARA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *